top of page

Et si tout simplement on observait nos pensées ?

Vider sa tête, calmer le brouhaha cérébral est une illusion...

Se couper de ses pensées est la fuite du moment présent, c’est reporter à l’instant d’après le retour de notre mental, de notre ego. Avec 60000 pensées par jour, la seule voie pour être en paix avec soi est leur observation, sans jugement.

Simplement observer afin d’adopter l'attitude et le geste juste.

Observer les sensations dans le corps associées à la contemplation d’un événement. Regarder ce qui se passe comme une action immaculée et nouvelle qui se présente à vous, en évinçant les références et croyances liées à des situations du passé, à ce que quelqu’un m’a raconté, ce que j’ai lu dans le journal !


Pour aller plus loin, voici un exercice de réflexion et action concocté en collaboration avec Denis Galliano.


Reflexion:

  • Quelles situations de la vie quotidienne entraînent un flot de pensées, un flot de sensations désagréables?

  • Dans quel ordre les sensations et pensées s'enchaînent-elles ?

  • Le soir, en vous endormant, quelles sont les pensées qui reviennent cycliquement et vous empêchent de vous endormir ?

  • Quel événement du passé surgit dans votre mental régulièrement ? Que ressentez-vous à ce moment ? Qu’est-ce qui a provoqué son retour ?

Action:


Le matin, au réveil, prenez une plume et un cahier et écrivez sur 1 page toutes les pensées qui traversent votre esprit, sans les juger.

  • Comment vous sentez-vous après cet exercice, et dans la journée qui suit ?

Allez dans la nature et observer une lointaine cime d’un arbre depuis votre position. Sinon faites le depuis votre balcon. Connectez-vous à votre souffle tout en observant pendant 5 minutes environ, Garder le regard le plus fixe possible sur un point précis.

  • Qu’observez-vous intérieurement ? Que voyez-vous ?


Avec Joie.


Sheylla.





40 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page